Des accusations portées contre le Conseil des écoles catholiques de la région d’Ottawa relativement à une explosion mortelle en salle de classe
Kenyon Wallace, le 25 janvier 2012

(Reproduit avec la permission de Torstar Syndication Services et traduit par Travail sécuritaire NB)


Le ministère du Travail de l’Ontario a porté trois chefs d’accusation contre le Conseil des écoles catholiques de la région d’Ottawa à la suite d’une explosion à une école secondaire dans laquelle un élève de 18 ans a perdu la vie l’an dernier.

Eric Leighton est décédé lorsque des vapeurs d’un baril qu’il sciait dans le cadre d’un projet de construction d’un barbecue a explosé dans l’atelier de mécanique automobile de l’école Mother Teresa, à Barrhaven, le 26 mai 2011. On croit que le baril contenait des vapeurs d’essence de menthe, qui peuvent être dangereuses sous pression.

Cinq personnes ont subi des blessures mineures et ont été transportées à l’hôpital, y compris un enseignant âgé de 33 ans.

Les accusations ont été portées contre le Conseil en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail à la suite d’une enquête menée par le ministère.

Selon la première accusation, le Conseil n’a pas fourni au travailleur les renseignements, les directives et la surveillance relativement aux pratiques de travail sécuritaires et à la détermination des dangers associés aux travaux à haute température effectués sur des fûts ou des contenants, y compris le meulage.

La deuxième accusation allègue que le Conseil n’a pas pris des précautions raisonnables afin d’assurer que lorsqu’on transforme un fût ou un contenant, ce dernier a été vidé et nettoyé, ou autrement rendu exempt de toute matière explosive ou inflammable.

Selon la troisième accusation, le Conseil n’a pas assuré qu’un travailleur et son superviseur connaissaient les dangers associés aux travaux à haute température effectués sur des fûts ou des contenants.

Le ministère a affirmé que l’amende maximale est de 500 000 $ pour chaque accusation. C’est la cour qui détermine le montant de l’amende au moment d’une déclaration de culpabilité.

« Le ministère du Travail continue de mener des inspections minutieuses dans les écoles de la province ayant des ateliers de menuiserie, de travail des métaux ou de mécanique automobile, ainsi que des laboratoires de sciences », a déclaré le porte-parole du ministère, Greg Dennis. « Ces inspections se poursuivront jusqu’à la fin de l’année scolaire. Nous travaillons également avec le ministère de l’Éducation et les conseils scolaires afin d’assurer que toutes les écoles comprennent bien les règles et les règlements de l’Ontario en matière de sécurité, et qu’elles reconnaissent l’importance de lieux de travail sécuritaires pour les employés, les élèves et leur famille. »

Une porte-parole du Conseil des écoles catholiques de la région d’Ottawa, Mardi de Kemp, a dit au Star que le Conseil n’avait aucun commentaire à formuler.

« Nous venons de recevoir les accusations ce matin et nous les examinons », a-t-elle précisé.